skip to Main Content
Le bouche-à-oreille n’est pas à négliger
Le bouche-à-oreille n’est pas à négliger

 

ménageur: Comment bien choisir?

Parmi les nombreuses questions que soulève un déménagement, le choix du déménageur qui va l’effectuer se révèle comme une étape clé. Connaître ce marché très concurrentiel, notamment avec les nouvelles offres qui affluent sur Internet, est ardu. Certaines garanties vous permettront d’effectuer un choix plus sereinement.

 

 

 

 

Les garanties à prendre en compte chez votre futur déménageur

Tout d’abord, tout déménageur doit être répertorié dans le registre des transports routiers de marchandises et le registre du commerce et des sociétés. Cette inscription garantit l’existence légale de l’entreprise ainsi que les capacités professionnelles et financières nécessaires à l’exercice de la profession. Ce prérequis est un bon début, mais d’autres gages de qualité vous aideront à choisir. Enfin, n’hésitez pas à demander aux personnes de votre entourage si elles ont des adresses à vous communiquer. Le bouche-à-oreille n’est pas à négliger dans ce choix peu fréquent à opérer.

tout déménageur doit être répertorié dans le registre des transports routiers de marchandises
tout déménageur doit être répertorié dans le registre des transports routiers de marchandises

La visite technique du déménageur : une étape clé à ne pas rater

Faire le bon choix induit également de comparer les offres de 3 entreprises qui paraissent fiables. Méfiez-vous des déménageurs qui n’effectuent pas de visite préalable dans votre logement à vider. Les plateformes et sites en ligne, notamment, ne pratiquent pas cette visite, non imposée légalement.  La visite technique permet en effet d’évaluer correctement le volume à transporter, et donc la logistique à mettre en œuvre (nombre de camions, de cartons à fournir, utilisation d’un monte-meubles…), mais aussi les difficultés auxquelles faire face (escaliers, accès, stationnement, meubles à démonter, etc.). Elle est également l’occasion d’échanger avec le déménageur sur tous les points qui vous posent question, comme les différentes formules proposées, et votre nouveau logement. Lui montrer des photos de ce dernier l’aidera à évaluer les aspects à prendre en compte sur le lieu de déchargement.

camions, monte-meubles...
camions, monte-meubles…

Le devis du déménageur: faites le bon choix

Le devis s’établira sur l’ensemble de des éléments vus durant la visite. Réglementé (article 1 de l’arrêté du 27 avril 2010), il doit contenir un certain nombre d’informations (références de l’entreprise, coordonnées du client, volume du mobilier estimé, date, modalités de paiement…). Soyez vigilants et ne signez pas ce document avant d’avoir reçu la totalité des devis des sociétés retenues. Les tarifs étant libres dans cette profession, les écarts peuvent être importants. Il faut se méfier autant des offres trop alléchantes que de celles qui vous paraissent exorbitantes. Elles peuvent les unes comme les autres masquer des pratiques illégales (travail dissimulé en cas de tarifs bas). Vous signerez et retournerez alors le devis choisi.

tout déménageur doit être répertorié dans le registre du commerce et des sociétés
tout déménageur doit être répertorié dans le registre du commerce et des sociétés

Les offres à éviter

Prenez garde aux pratiques peu honnêtes. Certains points doivent attirer votre attention : société trop récemment créée (vérifier sur www.societe.com), annonces sur des sites de mises en relation entre particuliers très alléchantes ou encore professionnel qui ne dispose que d’un numéro de portable. La CSD met en garde contre les offres illégales émanant d’entreprises qui ne respectent pas leurs obligations. Certains particuliers se font payer sans déclarer leur rémunération en passant par des plateformes en ligne d’économie collaborative. S’ils risquent gros, vous aussi. D’une part, vous ne serez pas couvert par l’assurance du déménageur en cas de dégâts. D’autre part, vous pourriez être reconnu coupable de recours à du travail dissimulé et risquez une amende de 45 000 € et 3 ans d’emprisonnement (articles L. 8221-1 et L. 8224-1 du code du travail).

Back To Top